L'adoration : Le prêtre et la prêtrise - Shora Kuetu





On va prendre lévitique 10. Le titre originel de ce livre n’est pas lévitique. Lévitique vient de Lévi, un des fils de Jacob. Ce livre à la base s’appelait « Vayiqra », c’est-à-dire Il (Yahweh) appela. Le thème central de ce livre est la consécration, la sanctification, la sainteté. Et c’est le livre du culte par excellence. 

Vous avez vu la progression de l’histoire de l’humanité. Regardez bien. Le premier livre c’est Genèse, donc l’entête, le commencement : Berechit. Et là on nous parle du commencement de toutes choses, l’homme a été créé saint, pur, il était créé parfait. Il chute, il se laisse corrompre, ensuite il devient esclave de Satan, du péché, des hommes, notamment de pharaon, donc les enfants d’Israël notamment en Egypte. Et Dieu va chercher ce peuple. Il va le sortir d’Egypte : c’est l’Exode, la sortie. Pourquoi Dieu va sortir ce peuple de l’Egypte à votre avis ? Dieu dit à Moise : « tu vas aller dire à pharaon de libérer mon peuple afin qu’il me serve ». Simplement. Donc délivré pour servir, littéralement délivré pour l’adorer. C’est tout. Si Dieu nous amène à lui, ce n’est pas pour autre chose, c’est d’abord pour le servir lui. Servir ici ce n’est pas forcément chercher à prêcher, « c’est quoi mon ministère ? », c’est le piège dans lequel beaucoup tombent. Ils cherchent le ministère au lieu de chercher Dieu.

Au commencement, on était parfaits, on tombe dans le péché, on devient esclave. Et là, tout de suite c’est l’exode, la sortie. Et après Exode, c’est l’adoration : Lévitique. Il y a une suite logique. Perfection (Genèse), chute, esclavage, délivrance (Exode) et adoration (Lévitique). Exode, la sortie c’est la délivrance.

Après la délivrance… on va dire après la délivrance, parce que selon 1 Corinthiens 10, Paul dira que la traversée de la mer rouge était une préfiguration du baptême. Donc les Hébreux étaient tous baptisés en Moise. Donc ils sont passés par le baptême, la régénération, la naissance d’en haut par Moise, et tout de suite après, Dieu révèle la loi, c’est-à-dire Lévitique. Parce qu’il a délivré ce peuple pour que tous soient des prêtres. A la base c’est ce que Dieu voulait, que les 12 tribus soit composées de prêtes, c’est-à-dire de chantres, d’adorateurs.

Et comment s’appelait ce livre ? « Vayiqra », c’est-à-dire « Il appela ». Littéralement, il a crié, il a convoqué Moise.

Lévitique 1 : 1 — Et Yahweh appela Moïse, et lui parla de la tente d’assignation, en disant…

Dieu convoque Moise dans la tente d’assignation, parce qu’il allait justement lui révéler la loi concernant le culte. Parce que l’adoration c’est le culte que l’on rend à Dieu. Donc on n’a pas été délivré pour se faire voir, pour courir après le ministère, pour courir après l’onction, les dons spirituels, c’est l’erreur que beaucoup font, mais pour rendre un culte à Dieu.

Sachez que le service du Seigneur, c’est dans la tente d’assignation. Comme on l’a vu, vous avez le lieu saint, le Saint des saints, et le parvis.

Et le service du Seigneur, Dieu avait prévu que ce soit dans le Saint des saints. Le culte.
Et comme l’homme a chuté, il était exclu du Lieu Saint, du Saint des saints et du parvis. Il était dehors, hors du camp, hors de la présence de Dieu. Et vous savez les enfants d’Israël dans le désert, il y avait plusieurs stations (selon Nombres). Ce sont des arrêts pendant leur marche. Et chaque station, une fois arrêté, Il y avait en tout 12 tribus (3 à chaque extrémités). Et ce tabernacle préfigurait Christ. Remarquez bien, que ces princes, à part les Lévites (et encore), seuls les prêtres, le grand prêtre avait le droit d’entrée dans le tabernacle.

Chaque tribu (3) avait la révélation d’un aspect de Christ que les autres n’avaient pas. Et à chaque fois, les quatre faces. Donc les quatre animaux, vous vous rappelez ? Les quatre êtres vivants. Donc chacune voyait :
-        Le lion
-        L’aigle
-        L’agneau ou le bœuf
-        L’homme

C’est pour cela dans Matthieu 18 le Seigneur : « là ou deux ou trois s’assemblent en mon nom, je suis au milieu d’eux. » Vous comprenez ? Tout est dans les écritures. Jésus-Christ homme n’est pas sorti de la loi. Donc ils avaient seulement le droit de contempler de loin les quatre aspects de Yeshoua, mais ils ne pouvaient pas être dedans à cause du péché.

Dieu son désir c’est que les hommes soient complètement délivrés, lavés (la cuve d’airain). Il y avait l’autel d’airain avec les quatre cornes. Le plan de Dieu était que le pécheur qui se trouve en dehors, qui ne peut pas pénétrer dans le tabernacle à cause de son péché, soit lavé par l’eau de la Parole (on a vu que c’est le côté grâce, agneau, doux de Jésus, pain de vie) et l’autel d’airain (coté épée de l’Esprit, royaume, le coté feu). C’est ça le vrai équilibre. Donc le pécheur passait par l’eau, et ensuite par le feu. Une fois purifié, il peut faire l’expérience, manger le pain (parce qu’il y avait le pain de préposition), et ensuite éclairé par le chandelier, et il y avait l’autel de l’encens, pareil le feu de nouveau. L’encens, la fumée, monte, c’est ta vie qui est consacrée au Seigneur. Mais ce que le Seigneur voulait c’est que tu arrives dans le Saint des saints. Et là c’est la plénitude, c’est la sainteté, c’est la gloire. C’est là que Dieu a prévu qu’on l’adore.

Or la religion nous dit ceci : vous êtes ici (dehors), chantez pour que Dieu vienne.

C’est pour cela dans les assemblées on va faire de la musique pour que Dieu descende ! Ça s’appelle le New Age, c’est de la sorcellerie. Vous vous rappelez Elisée quand il devait prophétiser, un jour il a fait venir un musicien. En fait Elisée fait venir un chantre, et il fallait jouer de la musique pour que l’onction vienne sur lui. Mais on ne peut pas procéder comme ça aujourd’hui, parce qu’Elisée il avait l’onction c’est vrai, mais il n’était pas prêtre, il n’avait pas le droit d’être dans le Saint des saint où il y a la présence de Dieu.

2 Roi 3 : 15 — Mais maintenant, amenez-moi un joueur d’instruments à cordes. Et comme le joueur jouait des instruments à cordes, la main de Yahweh fut sur Elisée.

Cette histoire m’a été rappelée par l’Esprit pour nous montrer que beaucoup d’églises fonctionnent comme ça aujourd’hui. On va demander aux musiciens de jouer pour que l’onction vienne, et ça, c’est de la sorcellerie. On ne peut plus procéder comme ça, parce que depuis la mort de Yeshoua, nous sommes tous prêtres, tous introduits dans le Saint des saints par le Seigneur. Hébreux nous dit que le chemin du lieu très saint est accessible à tous les enfants du Seigneur. La Parole nous invite dans Hébreux 4 à nous approcher de trône. Donc nous ne chantons plus pour que l’onction vienne, mais parce que l’onction est sur nous. C’est de l’abondance du cœur de la bouche parle. On ne peut pas dire « parlez et votre cœur va se remplir ». La parole qui sort, elle sort du cœur. Donc chanter pour que Dieu vienne, ça s’appelle du New Age, c’est la philosophie du New Age qui a affecté beaucoup d’églises aujourd’hui. C’est pourquoi les gens vont dire : faut chanter faut chanter, etc., et après ils commencent à rentrer en transe. C’est de la sorcellerie. C’est pourquoi dans les églises vous allez entendre des propos du genre « les chantres vont nous emmener dans la présence de Dieu ». C’est grave, c’est se substituer à Christ, parce que lui seul nous a introduit dans le Saint des saints (Hébreux 10).

Hébreu 10 : 19 — Ainsi donc, mes frères, nous avons la liberté d’entrer dans le Saint des saints au moyen du sang de Jésus.

Vous vous rendez compte ? Quelle grâce ! Le grand prêtre entrait dans le Saint des saints le 10 du septième mois : le mois de Tisri, ou Ethanim. Ce jour-là il pouvait y entrer plusieurs fois. Et vous savez comment ? Il était attaché avec une corde avec des clochettes. Pendant qu’il travaillait, on entendait le bruit. Et y a des gens qui mettaient leur oreille pour entendre le bruit des clochettes et on savait qu’il était vivant. Et si on entendait plus le bruit des clochettes, c’est qu’il était devenu un cadavre, il avait été frappé. Et personne ne pouvait y entrer, sinon ils allaient se faire consumer. Donc on le tirait comme ça et on allait l’enterrer. On n’avait pas la liberté d’entrer ici. Il y avait 3 portes :

-        1ère porte : donnait accès au parvis
-        2ème porte : donnait accès au Lieu saint
-        3ème porte : donnait accès au Saint des saints

Le parvis, le Lieu Saint et le Saint des saint sont l’image du ciel. Ces trois portes étaient fermées au pécheur. C’est pour cela que Seigneur a dit dans Jean 3 : personne n’est monté au Ciel si ce n’est celui qui est descendu. Après la chute d’Adam, Dieu a mis deux anges pour fermer l’accès à l’arbre de vie. Or l’arbre de vie c’est Christ. L’arbre de vie se trouve au ciel. Ils avaient des épées. Et ceux qui passaient par ce chemin, les épées les tuaient. Yeshoua, Dieu voulait que nous soyons des prêtres, travaillant dans le Saint des saints, pas ailleurs, pas en dehors. Il a pris nos péchés sur lui. En traversant ce chemin, il a été frappé. C’est pour cela qu’il a été dit : « le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui ». Les épées-là sont tombées sur lui. Mais comme son sang était pur, il a traversé. Et là l’auteur nous dit : nous avons la liberté.

[…] dans le Saint des saints au moyen du sang de Jésus.

Quelle grâce ! Ça veut dire que là, quand on y entre ici, on est recouvert par le sang de Jésus. Donc vous ne pouvez pas adorer Dieu si vous n’êtes pas recouvert par le sang de Jésus, si vous n’êtes pas purifié par le sang de Yeshoua. C’est pour cela que je vous dis que l’adoration concerne exclusivement les chrétiens. Donc écouter ces musiciens qui sont païens, c’est provoquer la colère de Dieu.

[…] qui est le chemin nouveau et vivant qu’il a inauguré pour nous à travers le voile, c’est-à-dire sa propre chair.

Donc la chair de Jésus Christ était un voile.

[…] Et ayant un Grand-Prêtre établi sur la maison de Dieu,  approchons-nous de lui avec un cœur sincère, et une foi inébranlable, ayant les cœurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure.

Donc vous voyez ? On a été lavé ici (cuve d’airain). En fait c’est le tabernacle qui continue. Nous n’entrons pas dans le tabernacle mosaïque, physique, mais dans le tabernacle Céleste pour adorer. Et nous y entrons tous en tant que prêtres, alors qu’avant c’était juste le grand prêtre qui avait le droit d’entrer dans le Saint des saints. Et nous nous avons Jésus Christ le grand prêtre selon l’ordre de Melchisédech qui est établi, qui nous attend dans le Saint des saints, et là on vient quand on veut, on y entre, on en sort. En fait en permanence on dort même dedans. Quand tu prends ta douche, t’es là-dedans.

C’est pour cela l’ennemi ne peut plus t’atteindre. Non seulement l’eau t’a purifié, mais le sang aussi. Il y a l’Esprit qui te purifie aussi. Il y a :
-        L’eau
-        Le sang
-        La parole
-        Le feu
-        L’Esprit

Au moins 5 agents purificateurs. Vous vous rendez compte ? Donc tu n’as pas besoin d’un instrument pour que Dieu se manifeste. Vous savez comme dans la BD d’Astérix, on dit qu’Obélix est tombé dans la portion magique-là. Donc il n’a plus besoin de potion. Toi tu n’as pas besoin d’un chantre professionnel pour être dans l’onction. Quand tu es né de nouveau, tu es né dedans, tu es né, on t’a mis dans le Saint des saints, dans l’arche. Donc je ne sais pas quelle imposition des mains tu vas chercher encore, etc. C’est ça ta position. Tu te trouves dans Saint des saints. Quelle est ton identité ? Tu es prêtre ! Voilà l’adoration. Si on te pose la question, quelle est ta fonction dans la vie, tu dis : « je suis prêtre. » Moi parfois quand les policiers me demandent ce que je fais dans la vie, je dis que je suis prêtre ! Et là on te respecte encore plus.

Vous avez une identité, vous êtes encore en train de pleurnicher. Regardez-moi un prêtre qui pleure comme ça… Même les démons sont étonnés : “Oh ! le prêtre là il pleure ? S’il savait qui est son Père…” Tu vois un démon, le prêtre est en train de fuir ! Le démon aussi fuit ! Il se sauve il se met au loin, il regarde au loin : « oh, mais je rêve ou quoi ? Il me fuit ? »

Vous savez comment on appelle les prêtres en hébreu ? Les Kohen. Les Kohen chez les juifs n’étaient pas n’importe qui. Quand ils passaient, tout le monde s’arrêtait. Quand on parle de l’adoration, on ne peut pas ne pas parler de la prêtrise, ou du sacerdoce ou de la sacrificature.

La prêtrise c’est la fonction du prêtre. Si on parle de l’adoration, forcément on parle de l’adorateur, de celui qui est adoré, Yeshoua Dieu et le prêtre. Je vous ai dit que la relation consiste en une relation verticale, de l’homme vers Dieu. Il y a deux êtres :
-        Un qui est adoré
-        L’autre qui adore
Il y a une relation.

L’adoration t’établit dans une fonction. Nous sommes des prêtres. Les chrétiens sont trop… Au lieu d’être des adorateurs, ils sont idolâtres. Voilà pourquoi vous ne voyez pas ce feu-là se manifester. La prêtrise c’est une fonction terrible. C’est-à-dire tu es en contact avec le Dieu tout puissant. C’est-à-dire toi ta connexion elle est directe. Un Kohen est un défenseur. C’est un avocat. C’est quelqu’un qui va plaidoyer pour les autres. C’est quelqu’un qui se tient devant Dieu et qui dit : « Seigneur épargne. »

Regardez Abraham. Il se tient devant Yahweh et il négocie. Un Kohen peut dire : « je ferme cette chose. » Le Seigneur a dit quoi : « ce que vous fermez sur terre est lié là-haut ». Ce n’est pas de l’orgueil, mais c’est une prise de conscience. Un Kohen quand il parle, Dieu entend, parce que sa vie est consacrée. Un Kohen est un sacrifice en permanence consumé par le feu chaque jour. Donc sa vie dégage un bon parfum, un parfum agréable. Donc quand il pleure, Dieu intervient.

Regardez ceux qui m’ont combattu, leurs manteaux sont restés ici. Je les garde ici et je ferme leur ministère, pour ne pas qu’ils aillent détruire les âmes. Les gens ne savent pas…

Abraham dit : « et s’il y a un seul juste ? » Dieu dit : « je ne détruirai pas. » Tu vois les Kohen ? Ce sont des gens qui sont agréables à Dieu. Job était un Kohen. Il faisait des sacrifices pour ses enfants. Ces enfants buvaient tout ça, mais lui il priait et Dieu les sanctifiait. Quand Satan vient attaquer Job pendant qu’eux ils buvaient du vin, personne n’était attaqué, tout le monde était protégé parce qu’il y avait un Kohen dans la famille. Quand il y a un Kohen dans la famille, aucun sorcier ne peut manger quelqu’un. C’est pour cela qu’il faut qu’on soit de vrais adorateurs, parce que ton parfum se répand sur toute la famille. Il faut d’abord qu’il y ait une négociation. Dieu va te dire : « quelqu’un attaque ta famille. » Voilà les Kohen.

Avant de détruire Sodome et Gomorrhe, Dieu a sorti son Kohen, son serviteur. Il dit : « sors de là, tant que tu seras là je ne pourrais pas frapper parce que ma justice ne me le permet pas. » C’est pour cela avant de déverser les 7 coupes de sa colère, Dieu va faire monter au ciel ses Kohen. La marche des Hébreux dans le désert était la marche des Kohen. La traversée du désert de Saint c’était celle des Kohen ! Dirigée par la nuée.

Parfois tu n’as même pas besoin de dire je ferme… le fait que tu pleures parce que quelqu’un t’a blessé, son œuvre là est automatiquement bloquée. Nous on bénit, mais Dieu bloque. Parce qu’ils sont ici, dans le Saint des saints. C’est là qu’ils chantent. Ils ne chantent pas en dehors du tabernacle.

Tu te tiens devant Dieu en faveur du monde. Un prophète va révéler Dieu aux hommes, mais un prêtre amène les problèmes des hommes à Dieu. Donc tu as une grande responsabilité en tant qu’adorateur. L’adoration ce n’est pas rien ! Tu as la charge de ton pays, de ta famille, de tes enfants, et tu vas devant Dieu : « Seigneur je réclame ta vie dans ma famille, je réclame la conversion des membres de ma famille, la conversion des membres de ma famille ». Tu te mets devant Dieu, tu es un Kohen !

En grec, c’est « Hiereus », c’est-à-dire prêtre, Kohen. C’est-à-dire des sacrificateurs ou prêtres, serviteurs, intercesseurs. Et vous savez dans les écritures la première fois où le mot Kohen a été utilisé ? C’est avec qui ? C’est avec Melchisédech dans Genèse 14, c’est-à-dire Dieu lui-même. Abraham a eu la révélation de Melchisédech. On dit qu’il était prêtre du Dieu très haut. Toi t’es le Kohen du Dieu très haut qui peut te toucher ? Ne soyez pas inquiets quand il y a des attaques… dormez tranquillement, comprenez votre identité. Le fils d’un président ne va pas avoir peur d’un gendarme. Moi quand on me dit : « celui-là c’est un grand sorcier », je vais le saluer ! Je prends ton manteau, je le brûle au nom de Jésus, tu ne vas plus sortir pendant un mois, je coupe tes ailes, au nom de Jésus, je trace ma route, je te laisse avec cette parole ! Il faut des Kohen qui ont l’autorité de Christ !

« Frère Shora prie pour nous ». Arrêtez avec ça ! il faut s’approcher avec foi du trône. Satan n’a même pas accès au parvis, lui il est sur terre nous on est dans le Saint des saints. Il ne peut pas à cause de la sainteté. Il y a des anges guerriers. De même qu’on ne peut pas s’approcher du soleil, il ne peut pas s’approcher du Ciel. Et toi quand tu chantes, quand tu adores Dieu depuis ta conversion, toi t’es ici dans le Saint des saints, en permanence. Et ce n’est pas tous les anges qui y ont accès ici. Dans le Saint des saints, il y a l’arche, le trône. Toi t’es assis sur le trône. C’est-à-dire dire Dieu t’a pris, il t’a fait traverser les quatre êtres vivants, les vingt quatre anciens et t’a fait assoir avec Lui en Christ ! Quel privilège ! Non seulement tu es sur le trône, mais en plus tu es en Dieu. C’est là que tu vis, et c’est là que tu adores. Tu te trouves au cœur du Père ! Il t’a caché dans son cœur. Le nom nouveau que tu vas porter… tu te rends compte ? Sacrificateur caché dans le grand prêtre selon l’ordre de Melchisédech. Ça veut dire que quand tu pleures, toi qui crains Dieu véritablement ; pour tes ennemis c’est dangereux, parce qu’il y a quelqu’un qu’il ne faut pas provoquer. Quand on a touché à Pierre, un ange a été envoyé du Ciel, il a décapité Hérode. Une petite gifle, il est tombé, rongé par les vers de terre.

Abraham se tenait devant Dieu. Nous nous sommes dedans, à l’intérieur. Est-ce que vous vous rendez compte du privilège que nous avons ? Elie était devant Dieu, Elisée devant Dieu, Abraham devant Dieu, Jean Baptiste devant Dieu. Mais toi grâce au sang de Jésus Christ, grâce au Saint Esprit, tu n’es pas devant, mais à l’intérieur, tu es aussi le corps de Christ ! Tu es le corps de Dieu. Tu peux être sa main, sa bouche ! Tu te rends compte ? Donc tu as un service excellent ! Quand tu parles, quand tu adores sincèrement, ça sort des entrailles du Père.

C’est pour cela quand Paul et Silas ont commencé à chanter, il y a eu un tremblement de terre. A minuit, ils ont commencé à chanter ! Voyez les Kohen. Pour l’adorer, Dieu t’a transformé en Kohen, en prêtre. Et les prêtres avaient une tenue qui les distingue des autres.
-        La tiare (le caque du Salut)
-        Le bouclier de la foi
-        La ceinture de vérité
-        Etc…

T’es équipé. C’est l’habit qu’Adam portait. C’est Christ en fait. On est revêtu de Christ. Donc Dieu t’a pris, il t’a nettoyé, lavé, il t’a fait porter Christ, il t’a mis en lui. « Tu es maintenant mon Kohen, mon intercesseur. C’est toi qui va m’amener les problèmes de la terre. » Donc si ton pays va mal, tu as le droit de prier. Tu as le droit de prier que Dieu enlève un président de son trône : « Seigneur, cet homme fait du mal à mon peuple. Je suis ton Kohen. Seigneur je suis ton enfant. Je prie au nom de Yeshoua, j’intercède et que ta volonté parfaite soit faite si cet homme ne peut pas être enlevé ».

Elisée, prophète, pouvait dire : « ton règne est fini. » Dieu lui : « tu vas oindre untel à la place de l’autre. » Et il n’était pas plus puissant que nous parce que nous nous sommes en Christ. Il n’était que prophète. Nous nous sommes à la fois de potentiels prophètes parce que nous avons l’esprit prophétique en nous, nous sommes tous prêtres et nous sommes aussi rois. En tant que rois, nous avons l’autorité royale, l’autorité pour donner des ordres, commander au péché, commander aux démons.
C’est pour cela quand Dieu voit les chrétiens, il dit : « mais ils sont minables ces chrétiens là… Ils courent encore après les hommes, cherchent encore des églises… » vous êtes des Kohen, vous êtes dans le Saint des saints, vous cherchez encore un Bishop qui va vous guider, qui va vous dire quoi faire, etc. vous n’avez pas compris là ou quoi… « Amène une offrande qui te coûte cher, etc. ». Arrête avec tes prières prophétiques moi je suis dedans !

Et Dieu dit, toujours dans Hébreux chapitre 4 — 14 : Ainsi, puisque nous avons un Souverain Grand-Prêtre, Jésus, le Fils de Dieu, qui a traversé les cieux, demeurons fermes dans la confession de notre foi.15 Car nous n’avons pas un Grand-Prêtre qui ne puisse avoir compassion de nos infirmités ; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, mais sans pécher. 16 Approchons donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus en temps de besoin.

On a dit qu’il faut aller devant le trône. C’est ce qu’on doit apprendre à faire. A chaque fois qu’on a un souci, il faut d’abord allez devant le trône. Et c’est Dieu qui dira comment fonctionner après, qui parler, qui voir. Voilà le Kohen, l’adorateur. Il va d’abord voir le trône, Dieu pour obtenir miséricorde. C’est-à-dire si vous voulez que Dieu fasse miséricorde à quelqu’un, vous êtes en lui. Donc parlez à Dieu. On peut obtenir la miséricorde de Dieu. Quelqu’un qui est condamné à mort, tu peux venir et dire : « Seigneur je suis ton Kohen, je suis prêtre. » Mais un prêtre, vous vous rendez compte que Dieu écoute, entend ses prêtres. C’est notre fonction ! Il a fait de nous des prêtres et des rois (1 Pi 2 : 9). Nous sommes une prêtrise royale, un sacerdoce royal. Dans Apocalypse 1-4 à 5 et Apocalypse 5 : 8-10, ces deux passages nous disent que nous sommes des prêtres pour Dieu. Jésus Christ à fait de toutes les personnes converties des prêtres pour Dieu. Ce n’est pas que nous soyons indispensables. Mais il nous aime tellement qu’il a dit : « je veux m’organiser, préparer un royaume qui sera composé de prêtres. Des hommes et des femmes qui vont me parler et j’agirai. » Quel Dieu d’amour nous avons !

Donc celui qui adore et qui ne sait pas qu’il est prêtre, il ne peut pas comprendre véritablement son service, son appel. On ne peut pas parler de l’adoration sans parler de la fonction de celui qui adore. Et sa fonction c’est être prêtre.

Comme nous l’avons vu tout au long de l’enseignement, on a compris qu’adorer c’est mourir, c’est sacrifier sa vie, être totalement consumé par le feu de Dieu, être dans la présence du Seigneur. Adorer c’est ça. Quand on parle des chants, ce sont des expressions de l’adoration, de la consécration de notre vie. Tout simplement. Ça veut dire que nous n’allons pas chanter, commencer à dire : « au bout de 40 min de chant, je commence à sentir la présence du Seigneur ». Non ce n’est pas ça. J’ai la présence de Dieu et je chante. Donc les adorateurs sont des prêtres.

Regardez comment Abraham a intercédé. Regardez comment Samuel, qui était prophète, et un peu un prêtre, même si ce n’est pas vraiment écrit, parce qu’il intercédait pour le peuple. Il l’a dit : « loin de moi la pensée de ne pas prier pour vous. » Quand il priait, Dieu agissait. En tant que prêtre, on n’a pas besoin de faire de longues prières pour les gens. Les gens viennent, vous dites : « Au nom de Yeshoua, que Dieu te bénisse, va en paix. » Juste ça. La foi. Mais nous on aime toujours qu’on amène l’huile, etc. on est idolâtre, il faut à tout prix qu’il y ait un produit, etc. Non ! Nous voulons qu’on nous fasse boire de l’eau ou de l’huile jusqu’à nous faire vomir ; et là on dit : « ça y est j’ai reçu quelque chose. »

Les deux fils d’Aaron : Nadab et Abihu étaient prêtres effectivement, dans Lévitique 10 : Or les fils d’Aaron, Nadab et Abihu, prirent chacun leur encensoir, mirent du feu, et ils posèrent dessus de l’encens ;

C’est le feu qui va faire en sorte que l’encens s’exprime.

 […] ils offrirent devant Yahweh un feu étranger1, ce qu’il ne leur avait point ordonné. Et le feu sortit de devant Yahweh, et les dévora ; ils moururent devant Yahweh. Moïse dit à Aaron : C’est ce qu’avait déclaré Yahweh en disant : Je serai sanctifié par ceux qui s’approchent de moi, et je serai glorifié en présence de tout le peuple. Et Aaron se tut. 

Nous sommes comme de l’encens. Voilà notre fonction. Et notre adoration vers le Seigneur ne peut trouver son expression que si le feu de Dieu tombe sur nous. Donc les épreuves, les combats la croix tout simplement… c’est pourquoi Jésus Christ disait : « chaque jour, celui qui veut me suivre doit porter sa croix. » Or l’adoration c’est quand notre chair, notre vie est crucifiée, et là nous exaltons un parfum de bonne odeur, agréable au Seigneur, etc. Et quand on a ce parfum là (2 Corinthiens 2), que Dieu manifeste partout l’odeur de Christ, et bien là, si tu parles seulement, Dieu entend.

Depuis que je sers le Seigneur, on n’a jamais eu de problèmes d’argent par rapport à l’œuvre, j’entends par là, jamais. Même quand j’étais pasteur et qu’on payait un loyer 4750 €. Pas de problème de sous, parce que j’ai toujours compris, que quand tu es agréable à son royaume, il va toujours exercer sa fidélité envers toi, toujours t’accompagner. Jamais, jamais il ne m’a déçu. Jamais.

Donc lorsqu’une assemblée, lorsqu’un frère/sœur, par rapport à l’œuvre que Dieu lui a confiée soi-disant, commence à avoir des problèmes de sous, c’est que Dieu n’est pas dedans. C’est que la personne n’est plus agréable à Dieu. Je ne parle pas de la prospérité financière. Je parle du fait que Dieu fournit au semeur le pain pour sa nourriture et de la semence pour son travail. Lorsque Dieu approuve les voies d’un homme, il dispose, il rend propices ses ennemis. C’est-à-dire tu as beaucoup d’ennemis, mais il est calme, il les gère. Lorsqu’un homme ou une femme a une vie qui est agréable au Seigneur, tu n’as pas besoin…. Moi je ne demande pas l’argent au Seigneur, souvent. Un enfant qui est fidèle à son père n’a pas besoin de lui demander « cadeaux, jouet » le papa dira : « qu’est que je peux faire pour cet enfant-là, tellement il me fait du bien ? ». C’est comme ça que notre Papa fonctionne avec nous. « Oh Dieu donne-moi ci, donne-moi ça ». Toi tu ne passes ta vie qu’à demander ? « Moi ce que je veux c’est que tu me consacres ta vie » !

-        « Seigneur 
-        Oui
-        Aujourd’hui je viens te demander quelque chose. »

Hier c’était pareil, avant-hier pareil, depuis 10 ans les mêmes choses.
« Dieu, je m’offre à toi ». « Père fait de moi ce que tu veux ». « Père, que ton feu me consume ».

Quand un enfant veut quelque chose, on le sent. Il fait un tour, deux tours, il vient s’assoir, etc. tu sens la manipulation. Tu lui dis : « Bon, dis-moi ce que tu veux ». Tu anticipes. Et c’est comme ça que beaucoup de chrétiens sont avec le Seigneur. Parler en langue, jeune, etc. le Seigneur sait : « Bon tu veux quoi ? » — Seigneur, je veux le mariage. « Ce n’est pas encore le temps. Tu ne m’as encore donné ton caractère, sinon l’homme que je vais t’envoyer, tu vas le tuer ! ». Après quelque mois, tu diras : « je n’en veux plus ! » Il y a beaucoup de chrétiens comme ça. Ils ont donné une partie de leur vie. Il y a des zones ils ont dit : « Ici, tu ne rentres pas Dieu. Ici c’est entrée interdite. Je t’ai donné 99,99 %, c’est déjà pas mal, mais je ne veux pas voir tel travail parce que tu comprends… ». Tu vas voir. « Je ne peux pas faire tel boulot là quand même Seigneur… ». Oui, lui il a fait le sale boulot, il a lavé les pieds des apôtres. T’as vu Pierre comment il marchait là, ça sentait l’odeur des pieds, le Maître à fait ce boulot-là. Et toi t’es qui ? Poussière. Dieu va te prendre, il va te malaxer ! Parce qu’il veut que tu sois un adorateur.

J’entends des frères parler, parfois je ne dis rien, je dis « C’est bien ». Le Dieu qui corrige, qui répare. Vous savez comment Esaïe le présente ? Regardez. On joue trop avec Dieu. Beaucoup sont adorateurs à temps partiel.

Esaïe 33-14 : Les pécheurs sont effrayés dans Sion, et le tremblement saisit les hypocrites : Qui de nous pourra séjourner avec le feu dévorant ? Qui de nous pourra séjourner avec les flammes éternelles ? Celui qui observe la justice et qui profère des choses droites ; celui qui rejette le gain injuste acquis par extorsion, et qui secoue ses mains pour ne pas accepter un présent ; celui qui bouche ses oreilles pour ne pas entendre des propos sanguinaires, et qui ferme ses yeux pour ne pas voir le mal. Celui-là habitera dans des lieux élevés, des forteresses assises sur des rochers seront sa haute retraite ; son pain lui sera donné, et ses eaux ne lui manqueront point. Tes yeux contempleront le roi dans sa beauté ; et ils regarderont la terre éloignée. Ton cœur méditera-il la frayeur, en disant : Où est le secrétaire, où est le trésorier ? Où est celui qui tient le compte des tours ? Tu ne verras plus le peuple fier, le peuple au langage inconnu qu’on n’entend pas, et de langue bégayante qu’on ne comprend pas. 20 Regarde Sion, la ville de nos fêtes solennelles ! Que tes yeux voient Jérusalem, séjour tranquille, tabernacle qui ne sera pas transporté, et dont les pieux ne seront jamais ôtés, et dont les cordages ne seront point rompus4. 21 C’est là que Yahweh nous est glorieux ; c’est le lieu de fleuves, de vastes rivières, où n’ira pas de navire à rame et où aucun gros navire ne passera. 22 Parce que Yahweh est notre Juge, Yahweh est notre Législateur, Yahweh est notre Roi5 ; c’est lui qui vous sauvera

« Qui pourra rester, séjourner, demeurer devant les flammes éternelles » ? Voilà comment Esaïe présente Dieu : le feu dévorant. On le dit : notre Dieu est un feu dévorant. Mais on ne se rend pas compte que ce feu là dévore d’abord nos caractères, nos péchés. Ce feu purifie l’or que nous sommes pour être de véritables adorateurs. Et le verset 22 nous dit parce que Yawheh est notre juge. C’est le pouvoir judiciaire. Ensuite, on nous dit qu’il est notre législateur. Et Yahweh est notre roi : le pouvoir royal, gouvernemental. Et Dieu est présenté de façon magnifique, royale par Esaïe le prophète, et c’est ce Dieu là qui nous purifie. Et en tant que juge, c’est lui aussi qui punit, qui gouverne. Donc il va prendre un pécheur, il va le préparer, transformer, laver. Il va non seulement l’amener dans le Saint des saints pour qu’il le serve, mais il fait de lui un prêtre. En fait il lui donne une identité.

Et les prêtres étaient attachés au temple. Ils habitaient à Jérusalem. Jérusalem était la ville des prêtres. Et il y avait une ville particulièrement réservée aux prêtres. Ils étaient différents du peuple. Ils s’habillaient différemment. Ils parlaient différemment. Et ils étaient en même temps les enseignants de la parole de Dieu. C’était des modèles en tenue vestimentaire, sur le plan du comportement. Ils étaient des modèles du peuple. Nous en tant que modèle aujourd’hui, Dieu veut que nous soyons différents des hommes et des femmes de ce monde, dans notre manière de nous comporter, de parler, etc. Nous ne sommes pas prêtres à temps partiel, nous sommes des prêtres à temps plein ! Partout où nous sommes, nous sommes aussi des prêtres. Donc si tu ne te maquilles pas dans les assemblées, tu ne dois pas te maquiller aussi à l’extérieur. Parce que s’habiller pour aller à l’assemblée et s’habiller autrement en dehors c’est de l’hypocrisie. C’est pour cela que Dieu n’agrée pas beaucoup de personnes. Parce que Dieu voit que ces personnes sont fausses. Donc on est prêtre à l’assemblée, mais partout : à l’école, au travail, partout. Et si vous comprenez comme ça, vous allez être agréable au Seigneur, si vous craignez le Seigneur.

Moi je vois des gens, des frères et sœurs, ils sont sur Facebook, tu vois comment ils s’habillent… il y a tellement d’hypocrites. Tu as beau prêcher, enseigner, ça ne rentre pas. Et c’est là que tu comprends que beaucoup ne sont pas de Dieu. Ils font tellement honte au Seigneur, ils pensent que Dieu ne les voit pas. Ils font semblant d’être avec le Seigneur ici, mais en dehors de l’assemblée il n’y a plus rien. Chacun mène sa vie comme il l’entend. On est des prêtres en permanence. Quand les gens nous voient, ils doivent voir, sentir la sainteté du Seigneur.

Pour finir, ce que Dieu veut ce ne sont pas forcément des prédicateurs. Beaucoup se précipitent dans la prédication… c’est pour cela qu’on voit tous ces ministères sur YouTube, quitte à diviser des frères et sœurs, quitte à partir dans la rébellion, à mentir, prêt à tout pour avoir un bout de gloire, un peu de reconnaissance de la part des hommes. Dans les écritures on le voit, les prêtres, quand ils étaient appelés par le Seigneur, ils demandaient la bénédiction des frères et sœurs. Aujourd’hui c’est un temps de confusion spirituelle. Les gens bâtissent leur prêtrise sur la division, sur le mensonge, ils ne vont récolter, que division, mensonge, etc.

Un prêtre c’est quelqu’un qui respecte la parole du Seigneur, qui fait les choses selon la parole, et dit toujours ce que la parole dit. Ce que Dieu dit. Il va consulter le Seigneur pour ses projets de mariage, pour les gens qui l’approchent, demander la volonté du Seigneur. Il ne fait que ce que Dieu lui dit de faire parce qu’il sait qu’il a une mission. Il porte le fardeau, comme Aaron portait le pectoral sur lequel il y avait les 12 pierres qui représentaient les 12 tribus d’Israël. Devant le Seigneur, il présentait les besoins de ce peuple devant Dieu. C’est ça la prêtrise, tu as le fardeau des âmes perdues. Aujourd’hui beaucoup ont le fardeau, le souci pour leur ministère. Ils veulent déjà savoir s’ils sont prophètes/apôtres, etc. ils vont dire aux gens « moi je suis untel, etc. ». Ils n’ont rien compris. L’amour des âmes, le salut des âmes n’est pas leur priorité. C’est ouvrir un site internet, c’est ouvrir une page YouTube, c’est ouvrir une maison : « venez priez chez moi », etc… mais l’amour pour les âmes ce n’est pas leur problème. Un prêtre c’est quelqu’un qui a de la compassion pour les âmes. C’est quelqu’un qui peut investir financièrement dans la vie des frères pour les amener à connaitre le Seigneur. Ce n’est pas pour encourager les gens à être passif, mais les amener à être responsables parce qu’il veut voir les âmes sauvées. C’est quelqu’un qui prie tout le temps.


Matthieu 25:1 à 13

Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l'époux. Cinq d'entre elles étaient folles, et cinq sages. Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d'huile avec elles; mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l'huile dans des vases. Comme l'époux tardait, toutes s'assoupirent et s'endormirent. Au milieu de la nuit, on cria: Voici l'époux, allez à sa rencontre! Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes. Les folles dirent aux sages: Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent. Les sages répondirent: Non; il n'y en aurait pas assez pour nous et pour vous; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. Pendant qu'elles allaient en acheter, l'époux arriva; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent: Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. Mais il répondit: Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l'heure. Matthieu 25: 1 à 13